Partir en stage à l’étranger

Jeudi 13 juillet 2017

Vous êtes étudiant-e et vous souhaitez partir à l'étranger ? Pour rendre son CV attractif et booster son profil, rien de telle qu’une expérience de la vie active en réalisant un stage. Partir en stage à l’international vous permettra une immersion totale dans la vie et la culture de votre pays d’accueil. Suivant votre parcours d’études, le stage à l’étranger peut être un passage obligé. Si rien ne vous oblige à partir, saisissez cette occasion en or de vous démarquer sur le marché du travail !

Pensez à consulter le site du Ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation pour tout savoir sur le cadre légal du stage.

Faire un stage à l’étranger

Obligatoire pour certains, désir de prendre le large pour d’autres : le stage à l’étranger est une expérience aussi redoutée qu’espérée. La difficulté majeure réside dans la recherche d’organisme d’accueil qui peut s’avérer compliquée. En premier lieu, adressez-vous au bureau des relations internationales de votre établissement : les étudiants partis avant vous ont surement laissé les coordonnées de leurs anciennes structures d’accueil, servez-vous de ce réseau pour trouver à votre tour !
Pour faciliter vos recherches, délimitez clairement vos attentes en fonction des missions que vous souhaitez effectuer, ainsi que la zone géographique souhaitée. Ensuite, n’ayez pas peur d’envoyer des candidatures spontanées ! En effet, face à la demande, les organismes d’accueil potentiels sont devenus passifs et ne prennent souvent plus la peine de publier des annonces. Pour retenir leur attention, prenez la peine de soigner votre CV et votre lettre de motivation en l’adaptant aux normes  des différents pays. Pour cela, consulter Euroguidance qui vous renseigne et vous conseille dans votre candidature en fonction de votre destination. 

Pour trouver un stage en ligne, vous pouvez consulter les sites spécialisés suivant :

Attention : avant votre départ pour un stage à l’étranger, pensez à demander votre Carte Européenne d’Assurance Maladie auprès de votre caisse d’assurance maladie si vous partez au sein de l’Union Européenne, ou à souscrire à une assurance internationale si vous partez hors UE. Consultez notre rubrique Préparer son départ pour plus d’information.

Vous partez en stage au sein de l’Union Européenne ? Pensez à Erasmus + !

Si le programme Erasmus+ est surtout connu pour ses aides financières adressées aux étudiants en échange universitaire, il existe également des aides pour les stagiaires dans un pays européen membre du programme. Les destinations sont les mêmes que pour les mobilités d'études Erasmus, à savoir dans 34 pays (les 28 pays membres de l'Union européenne + la Macédoine + l'Islande + le Liechtenstein + la Norvège + la Suisse + la Turquie).
Pour être concerné-e, vous devez effectuer un stage pour une durée de 2 à 12 mois, dès votre première année d'études supérieures

A savoir : une seule mobilité de stage Erasmus est réalisable dans votre parcours

Convention et gratification

La convention de stage est le document contractuel déterminant du stage. Elle précise tout ce qui relève de votre mission en tant que stagiaire ainsi que l’organisation pratique de votre stage (horaires, etc). La convention doit être signée par : vous-même le stagiaire (et si vous n’êtes pas majeur-e votre représentant légal), votre établissement d’enseignement supérieur, et l’organisme d’accueil.
Si elle est obligatoire en France, elle ne peut pas être imposée à votre structure d’accueil à l’étranger. En effet, la notion de stage n’est pas la même suivant les pays, et le cadre légal qui est associé varie de la même manière. Vous pouvez proposer à votre organisme d’accueil une convention de droit français, car elle sera plus protectrice pour vous. Celui-ci n’est cependant pas obligé de l’accepter telle quelle : en effet, la législation française ne s’applique pas obligatoirement à l’étranger. Certains organismes refuseront purement et simplement de signer une convention de droit français, et dans ce cas pas de panique ! Il vous suffit de trouver un terrain d’entente, en signant un document proposé par l’organisme par exemple, qui mentionne vos dates de stage et qui de cette manière vous protège de tout refus de dernière minute éventuel.
Il en va de même pour la rémunération du stage : en raison du principe de territorialité de la législation française, il n’est pas possible de soumettre un organisme d’accueil étranger à l’obligation de gratification. La gratification éventuelle du stagiaire est donc laissée à l’appréciation de l’organisme d’accueil, quelle que soit la durée du stage, sauf si vous effectuez votre stage au sein d’un organisme français implanté à l’étranger. Dans ce cas, le droit français s’applique.

Rappel : Selon la réglementation française, la gratification de stage est obligatoire lorsque la présence du stagiaire est supérieure à 2 mois au cours de l'année d'enseignement scolaire ou universitaire, c'est-à-dire :

  • plus de 44 jours de présence, consécutifs ou non, pour un horaire de 7 heures par jour
  • ou plus de 308 heures de présence, même de façon non continue, sur la base d'une durée journalière différente

Le montant de la gratification doit figurer dans la convention de stage et est apprécié au moment de la signature. Le taux horaire de la gratification est égal à 3,6 € par heure de stage, correspondant à 15 % du plafond de la Sécurité sociale (soit 24 € x 0,15).

Tags: 
Mouv'Box
Etudiant
Stage